e-bike2station : témoignage de Marie-Christine
Benoit Coumont  •  7 février 2013

-
e-bike2station, c’est 16 navetteurs qui, durant un an, échangent leur voiture contre un vélo pour leurs trajets domicile-gare.

Marie-Christine vit à 5km de la gare de Liège-Guillemins.

Que vous dire... "J’adore mon vélo". Chaque fois que quelqu’un me demande, "et quoi ton vélo ?" Systématiquement, je réponds : "j’adore mon vélo".

Je suis originaire d’un petit village du Hainaut.Mesparents n’avaient pas de voiture. De ce fait, avant même de pouvoir marcher, mes frères et moi étions à vélo. Dès notre plus jeune âge, nous circulions de villages en villages à bicyclette.

Lors de mon déménagement à Sprimont, j’ai abandonné le vélo, trop de montées. Par la suite, je suis revenue à Grivegnée avec l’idée d’utiliser de moins en moins la voiture vu la proximité de mon travail.

Lorsque j’ai vu l’annonce dans le Métro, j’ai immédiatement dit "yes, c’est pour moi, voilà ce que je recherche". Et en plus, j’ai été sélectionnée. Quel bonheur !!!

En quelques lignes, je vais tenter de vous faire partager mon expérience.

La bicyclette en ville, c’est pas facile.
Malheureusement, les routes ne sont pas adaptées. Peu de pistes cyclables ou de sites propres aux cyclistes, d’énormes trous au niveau des abords de la chaussée, des feux rouge non adaptés à notre vitesse, des passages pour piétons avec des bordures de 10 cm, la devanture des différents commerces sans endroits spécifiques pour attacher le vélo en toute sécurité...

Les automobilistes n’ont pas facile avec nous... ou nous avec eux. Dès qu’ils nous voient, ils sont perdus. Comme si le vélo ne faisait pas partie du code de la route. Parfois, ils accélèrent. Vite passer devant nous, nous risquons de les retarder. Ou alors, ils passent tellement près de nous qu’il me suffirait d’attraper le rétroviseur et ils m’emmènent faire un bout de chemin.

Perso, JE n’ai pas facile (remarque aux constructeurs de vélo).
Comme je l’ai formulé plus haut, je pratique le vélo depuis mon plus jeune âge. A l’époque, les vélos étaient munis d’un "phare" avec deux ampoules une grosse et une petite afin d’éclairer le chemin le plus efficacement possible. Maintenant, les vélos sont conçus à ne sortir que lorsqu’il fait clair, à la bonne saison. Personnellement, je n’ai jamais vu de voiture vendue sans phare. Pourquoi est-ce différent pour les deux roues ? J’aimerais bien les voir arpentant les rues sombres pleines de nids-de-poule.

Les intempéries, en voilà bien un sujet, pas facile.
Et pourtant, c’est bien celui qui me tracasse le moins. Bien protégée du froid et de la pluie, me voilà par monts et par vaux. Mon vrai souci, le verglas et la neige. J’ai glissé, sans tomber, sur une plaque de verglas en tournant le coin d’une rue dans une descente. Je me suis retrouvée au milieu de la chaussée en deux temps, trois mouvements. Comme une pro, j’ai réussi à redresser le vélo et l’air de rien devant les passants de l’arrêt de bus, j’ai continué mon chemin. J’étais fière.

Vous me direz mais pourquoi fait-elle du vélo ?
Parce que j’adore le vélo. C’est plus fort que moi. Lorsque je ne peux enfourcher ma monture, je me sens démunie.

J’ai utilisé la voiture quelques jours à cause des intempéries... En reprenant l’auto, je me suis rendue compte à quel point le vélo, c’est un vrai plaisir, et en plus, dépasser les files d’automobilistes, jouissif.

L’environnement, voilà bien un autre avantage, moins de bruits, moins d’émissions de gaz, une planète plus saine, n’est-ce pas également une toute bonne motivation pour laisser la voiture et utiliser le deux roues.

Pour moi, pratiquer le vélo, c’est aussi, me maintenir en forme physique. Mon petit coeur, mes muscles, ma respiration ne se portent que mieux. Faire du sport tous les jours sans rien dépenser, n’est-ce pas formidable...

Par ailleurs, faire partie du programme E-Bike2Station, voilà un grand luxe. Parking intérieur sécurisé, casier, matériel adapté (sac à dos, casque, gilet réfléchissant), vélo électrique gratuit pendant un an... Sans parler du personnel de la Maison des Cyclistes qui s’occupe avec bonne humeur et attention de tous les problèmes et de l’entretien. Ceci dit, suite à ce dernier, j’ai récupéré la machine un peu trop gonflée.
Je me suis dite qu’il veillait sans nulle doute à ma cellulite.

En bref, faire du vélo, que des avantages, car lorsque vous y avez pris goût les inconvénients n’existent plus.

En conclusion, mon prochain achat, un vélo électrique. Et que l’aventure continue...

Voir les autres témoignages