La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Sous-payés de 33% : situation intenable pour les producteurs de lait belges
Fil d’infos  •  5 mars 2015  •  Agriculture  •  Elevage / élevage intensif

-

Ce 4 mars, à Bruxelles, en face du cabinet du ministre fédéral en charge de l’agriculture, le MIG (Groupement de producteurs de lait belges) et l’EMB (European Milk Board) ont présenté les résultats d’une étude indépendante sur les coûts de production du lait en Belgique et la situation des producteurs laitiers. Cette étude fait suite à d’autres, similaires ey reconnues par les instances européennes, menées en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. Toutes utilisent les mêmes sources (Réseau d’Information Comptable Agricole et instituts statistiques nationaux) et les mêmes méthodes de calcul.

Les résultats de l’étude pour l’Allemagne, la France et les Pays-Bas avaient déjà fait grand bruit lors de leur publication, les chiffres montrant clairement le décalage qui existe entre les coûts de production et les prix que reçoivent les producteurs pour leur produit.
On sait aujourd’hui qu’en Belgique également, un écart important subsiste entre les prix payés aux producteurs et le coût réel de la production. Cela rend très difficile de garantir aux producteurs de lait un niveau de vie équitable - ce qui constitue pourtant un objectif clair de la Politique agricole commune [1].

L’étude présenté ce 4 mars établit ainsi clairement que pour couvrir les coûts de production laitière avec un niveau de revenu équitable [2], le prix payé aux producteurs doit être de 46 centimes par kg de lait. Or, en décembre 2014, les producteurs laitiers belges ont reçu en moyenne 31,15 centimes par kg de lait [3] ; le manque à gagner atteint donc 14,85 centimes par kg ! On ne peut démontrer de manière plus édifiante que la production laitière est bel et bien une activité qui n’assure pas un revenu équitable aux producteurs belges.

Tout comme les éleveurs allemands, français, hollandais et belges, ceux de nombreux autres pays européens ne reçoivent pas un prix couvrant leurs coûts de production. En conséquence, un nombre croissant d’exploitations laitières cessent la production et un nombre important d’emplois dans le secteur agricole disparaissent.

Il est impératif que les agriculteurs puissent bénéficier d’un prix rémunérateur sur le marché.
Les aides ne sont pas à même d’éliminer les distorsions de marché existantes. C’est aux producteurs, aux politiques et aux consommateurs qu’incombe la responsabilité partagée de revendiquer et de concevoir un cadre adéquat assurant un bon fonctionnement du marché et garantissant aux producteurs un revenu équitable.

L’étude scientifique complète sur les coûts de production est disponible sur le site internet de l’EMB ou en cliquant ici.


[1Voir article 39 du « Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne », révisé en 2009

[2Salaire des ouvriers agricoles négociés dans la convention collective (CP144.00 - agriculture)

[3EC Milk Market Observatory (Règlement UE no 479/2010 article 2)



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens