La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Comptez les papillons autour de vos orties
Julie Debruyne  •  23 juin 2016

-

Devine qui papillonne au jardin

30 et 31 juillet 2016

Mal-aimée, l’ortie est pourtant une plante de premier choix. Elle sert notamment de repaire à de nombreux papillons chatoyants. Gardez-en un bouquet au jardin en prévision de “Devine qui papillonne au jardin”, le recensement annuel de Natagora ces 30 et 31 juillet.

Pouvant atteindre plus d’un mètre de haut, la grande ortie est une espèce vivace aux diverses utilisations : médecine, agriculture, cuisine, cosmétique, etc. Elle est hélas perçue comme une mauvaise herbe à exclure de nos jardins. L’ortie constitue pourtant une ressource indispensable au développement et à la survie de plusieurs insectes.

Les plus remarquables sont une série de papillons appartenant au genre des "vanesse". On y retrouve ainsi le paon du jour, la petite tortue, la carte géographique, le Robert-le-diable, la Belle Dame et le Vulcain. Ces beaux lépidoptères, parmi les plus connus, utilisent l’ortie dioïque comme plante hôte.

En période de ponte, les femelles du paon du jour et de la petite tortue – deux espèces “communes” en déclin démographique dans nos régions – volent à la recherche uniquement d’orties. Si la qualité nutritive des plantes et leur microclimat correspondent aux critères de sélection des femelles, elles y pondent leurs œufs en amas au revers des feuilles.

Les feuilles d’ortie constituent ensuite le régime alimentaire de ces chenilles qui vivent en groupe. Dotées d’un appétit vorace, elles dévorent la plante hôte jusqu’à la fin de leur croissance larvaire. Au dernier stade larvaire, les chenilles se séparent à la recherche d’un lieu propice pour leur nymphose. Les capacités de survie et de reproduction du papillon émergeant de sa chrysalide sont directement liées aux ressources stockées durant les stades larvaires. Ces ressources sont majoritairement apportées par la plante hôte, l’ortie, d’où son importance pour le cycle de vie de ces deux espèces de papillons communs.

Laisser un peu de “piquant” – de préférence exposé au soleil – est un geste simple et facile pour faire entrer la biodiversité dans votre jardin. Vous offrez aux vanesses un site de ponte et à leurs chenilles leur mets favori. Les orties sont également sources d’intéressantes observations naturalistes grâce à la richesse des insectes qui y vivent.

N’oubliez pas de nous communiquer vos observations de papillons visitant votre jardin dans le cadre de notre action "Devine qui papillonne au jardin" le week-end des 30 et 31 juillet 2016. Votre participation à ce recensement est une aide précieuse. Elle nous permet de prendre des mesures adéquates de protection et de restauration de notre patrimoine naturel et de sa biodiversité.

Infos pratiques :

> Quoi ? L’opération "Devine qui papillonne au jardin" de Natagora
> Quand ? Les 30 et 31 juillet 2016
> Où ? Dans votre jardin !
> Pour qui ? Pour tous et gratuit
> Comment participer ? Petit guide et encodage sur www.natagora.be/papillons




 
Dans la même rubrique
Soutiens