La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
HUMEUR : Hier, j’ai été un salaud…
Pierre Titeux, chroniqueur  •  20 octobre 2016

-

Hier, j’ai été un salaud. Oh, cela ne constituait pas une première et ne s’avérera sans doute pas une dernière mais mon comportement fut cette fois particulièrement dégueulasse. Imaginez : j’ai délibérément refusé de « réaliser le vœu le plus cher d’un enfant malade » ! Arc-bouté sur mes principes, je n’ai pas daigné répondre à l’appel de « Sophie, la maman d’Elise » [1] qui intercédait en faveur de sa fillette hospitalisée ; replié derrière ma morale psychorigide, j’ai résisté avec morgue à son récit tellement poignant qu’on me conseillait de « prendre un siège » avant de le parcourir…

«  Les adieux ont été déchirants. Elise a longtemps serré son meilleur ami dans ses petits bras. Quand il a vraiment fallu partir et que j’ai dû arrêter cette longue étreinte, le visage d’Elise était rouge et ses joues humides. « Est-ce que Zeno pourra venir avec moi, s’il te plaît ? » m’a-t-elle demandé alors qu’elle séchait ses larmes et me regardait avec un air plein d’espoir. « C’est mon meilleur ami, Maman. Quand il est avec moi, je suis moins triste et j’ai moins mal. »
Qu’est-ce que j’aurais voulu répondre « oui »  ! J’aurais tout donné pour apaiser un peu sa tristesse avec un mot d’encouragement : « Ne t’en fais pas, ma chérie, Zeno viendra te rendre visite. » Mais je n’ai pas pu le lui dire, car Elise allait être hospitalisée et, en Belgique, les animaux ne sont pas admis dans les hôpitaux.
Elise a du rester des semaines à l’hôpital, plus longtemps que prévu. Le traitement était lourd. Mais ce ne sont pas ces examens à répétition qui étaient le plus dur pour Elise. Ce n’était pas les nausées, ni les crampes, ni les seringues. Le plus dur pour Elise, c’était de ne pas voir Zeno, son ami. Son chien, qui la comprend comme personne. Avec qui elle partage ses moments de bonheur et de tristesse, et qui arrive toujours à la réconforter et à la faire rire.
Nous avons accroché des photos de Zeno au-dessus du lit d’Elise. Nous avons aussi fait des vidéos, dans lesquelles Zeno avait l’air de dire
« Où est ma petite maîtresse » et remuait la queue avec enthousiasme lorsque l’on prononçait son nom… Mais rien ne pouvait remplacer le contact réel avec Zeno. Zeno manquait à Elise. Et Elise manquait à Zeno. » [2]

Il suffisait de presque rien, « un don de 40 euros ou du montant de votre choix  » pour reléguer cette détresse au rang des mauvais souvenirs, pour « apaiser les douleurs et la tristesse de patients comme Elise » grâce à la « construction de la Villa Samson où ils pourront voir et caresser tant qu’ils le veulent leur animal de compagnie ». Il suffisait de presque rien mais je ne leur ai point accordé. Un vrai salaud, je vous le disais. Et un salaud d’autant plus méprisable que mon comportement relevait de la récidive : il y a moins d’un mois, j’avais déjà privé une autre fillette, Châu Loan, du « droit à retrouver une vie normale » en snobant sa demande de financement d’une prothèse destinée à remplacer sa jambe perdue sur une mine antipersonnel. Un salaud ? Non, une vraie ordure !

A ma décharge, je souhaite préciser que mon attitude méprisable ne relève ni de l’avarice ni de l’indifférence. Elle résulte d’un refus assumé et revendiqué des méthodes mises en œuvre pour solliciter mon soutien financier. Je ne supporte pas, en effet, qu’on me dénie un minimum d’intelligence et encore moins qu’on recoure au chantage émotionnel voire à la culpabilisation pour me soutirer une aumône. Quand on m’interpelle sur le mode « Monsieur Titeux, laisserez-vous la petite Chimwala mourir de faim ? » ou « Nous constatons que depuis quelques mois, vous ne nous soutenez plus. Nous ne pouvons pas croire que vous êtes devenu indifférent au sort de ces populations…  », ma réponse instinctive n’est pas « Non, bien sûr !  » mais une formule que la bienséance m’empêche de retranscrire ici.

« Il est fini le temps du bricolage humanitaire, de la main à la main, d’homme à homme. Les organisations de charité qui demeurent en vie sont gérées comme des entreprises. Pour survivre, il faut donc apprendre à apitoyer et aller chercher la fortune là où elle est !  » : il y a 30 ans déjà, Bernard Kouchner in « Charité business », Le Pré aux Clercs, Paris 1986, p. 169. énonçait le principe qui devait permettre d’accéder au nerf de la guerre, « apprendre à apitoyer ». Un marketing spécialisé s’est ainsi développé : il ne s’agit plus de convaincre les donateurs potentiels par des récits venus du terrain mais d’émouvoir en faisant appel à des histoires nées dans le cerveau formaté d’une « équipe rodée, expérimentée et spécialisée  » qui possède une « maîtrise parfaite des codes et des finesses de la récolte de fonds » [3]. Peu importe la vraisemblance, la route du portefeuille passe par le cœur, pas par la raison. Et les ficelles ont beau être grosses comme des amarres, ça à l’air de marcher… Sauf avec des salauds comme moi. Elise, Châu Loan et Chimwala en ont malheureusement fait les frais… au bénéfice des quelques autres dont les défenseurs ont su éviter de me prendre pour un con.


[1« Dans le souci de respecter la dignité de chacun Sophie, Elise et Zéno sont des noms d’emprunt » me précise-t-on.

[2Appel à dons de la « Universitair Zikenhuis Brussel » pour la construction de la Villa Samson, mailing daté du 5 octobre 2016.

[3www.dsc.be, site de la principale agence belge spécialisée en récolte de fonds.



Messages

  • je m’insurge aussi contre le développement actuel du bénévolat. J’estime que dans une société où la majorité du peuple soutient un système capitaliste avec lequel tout se paye, il est anormal de faire appel systématiquement au bénévolat ou à la solidarité dans les classes moyennes et inférieures. Actuellement les emplois réels d’un service social publique disparaissent avec toutes les coupes sombres faites dans la sécurité sociale et que ce sont des bénévoles qui doivent alors suppléer ce que le service publique ne sait plus faire. Nos gouvernants encouragent la richesse de quelques uns qui sans cœur n’hésitent pas à exporter davantage leur richesse tout en fraudant en plus.J’aime bien quand dans le cadre du devoir des mémoires nos gouvernants honorent le patriotisme et que ces mêmes gouvernants aux premières loges des commémorations soutiennent cet antipatriotisme qu’est la fraude sous toutes ses coutures et les bonus de tous ordres pour enrichir davantage certains.
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
Dans la même rubrique
Soutiens