La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Pour comprendre pourquoi les oiseaux sont si rares cet hiver, Natagora invite à les compter
Julie Debruyne  •  31 janvier 2017  •  Biodiversité

-

Chaque hiver depuis 2004, Natagora invite les particuliers à compter les oiseaux qui visitent leur jardin. Cette année, l’opération "Devine qui vient manger au jardin" aura lieu les 4 et 5 février. L’association compte sur une participation massive car l’acquisition d’un grand nombre de données l’aidera à comprendre les phénomènes particuliers de cet hiver 2017. En effet, les oiseaux semblent très peu nombreux aux mangeoires.

En novembre dernier, face au constat généralisé d’une très faible présence des oiseaux communs dans les jardins, Natagora avançait plusieurs pistes d’explications. Mais pour comparer les différentes années et en tirer des conclusions, les spécialistes ont besoin de données chiffrées. L’opération "Devine Qui vient manger au jardin" permet d’obtenir chaque année à la même date des observations dans plusieurs milliers de jardins répartis partout en Wallonie et à Bruxelles. Dès le début de l’hiver, la plupart des personnes attentives à la nature l’ont bien perçu : la situation semble anormale. Même si, suite aux premières vagues de froid début janvier, les oiseaux commencent à faire leur apparition dans les jardins, ce n’est pas le cas pour toutes les espèces et pas de la même manière que lors d’une année "normale".

Les mésanges, grandes absentes des mangeoires

La faible présence des mésanges, dans la nature en général et dans les jardins en particulier, se confirme. Jean-Yves Paquet, ornithologue chez Natagora : « Sur observations.be, les encodages de mésanges bleues tournaient autour de 1,8 individu par observation en décembre 2016, contre 2,8 en moyenne les 5 années précédentes. Il est donc clair que nous n’avons pas bénéficié de l’apport habituel d’oiseaux venant du Nord, mais surtout que la saison de reproduction a bel et bien été catastrophique. »

Un monitoring très précis effectué en Grande-Bretagne, où les conditions climatiques du printemps étaient aussi mauvaises que chez nous, a montré que la mésange bleue a accusé en 2016 le plus petit nombre moyen de jeunes par nid depuis le début des relevés en 1939. Voilà qui semble cohérent avec l’absence remarquée de certaines espèces communes chez nous.

Pas d’inquiétude : il y aura bien des oiseaux à observer !

D’autres phénomènes méritent d’être suivis de près. La bonne fructification automnale des hêtres et des chênes en forêt semble par exemple avoir provoqué un hivernage abondant des pigeons ramiers. Cette abondance forestière se répercutera-t-elle dans les jardins ? Plusieurs observateurs ont également signalé la persistance d’espèces qui, en principe, nous quittent en hiver pour des régions plus méridionales en Europe. C’est le cas du minuscule roitelet triple-bandeau et peut-être aussi de la grive musicienne…

Enfin, les jaseurs boréaux, attendus par de nombreux observateurs, ont été vu cet automne dans l’est de la Wallonie et près de Gembloux. « Ils ne semblent pas encore être arrivés en nombre mais une invasion tardive, lorsque les réserves de baies dans les zones plus nordiques vont s’épuiser, n’est pas à exclure », indique Jean-Yves Paquet. Pour avoir la chance d’observer ces beaux oiseaux, il faudra donc bien surveiller les jardins, surtout ceux plantés d’arbustes indigènes à baies, comme la viorne aubier.

« Les observations qui seront encodées sur notre site lors du « Devine qui vient manger au jardin » nous permettront de mieux comprendre ces phénomènes et de confirmer nos hypothèses. Et il ne faut pas oublier qu’un jardin sans oiseaux est aussi une information très intéressante à nous communiquer ! », conclu le spécialiste.
Devine qui vient manger au jardin

Quand ? Le week-end des 4 et 5 février 2017, pendant une heure ou deux.

Où ? Dans votre jardin... ou bien au chaud derrière votre baie vitrée !

Pour qui ? Pour tous.

Pourquoi ? Pour vous émerveiller et aider les scientifiques à mieux connaître les oiseaux, pour mieux les protéger.

Comment ? Toutes les infos sont sur www.natagora.be/oiseaux




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens